Droits fonciers autochtones et biodiversité COP15 : six mois après | Land Portal
Contact details: 
Stacey Zammit (stacey.zammit@landportal.info)
Organizers: 
Ford Foundation

We believe in the inherent dignity of all people. But around the world, too many people are excluded from the political, economic, and social institutions that shape their lives. 

TR Foundation.jpg

The Thomson Reuters Foundation was created to advance and promote the highest standards in journalism worldwide through media training and humanitarian reporting.

For over three decades, we have been informing, connecting and empowering people around the world through our free programmes and services.

We support our work through a combination of core annual donation from Thomson Reuters , other donations and sponsorships, through external funding from other organisations as well as grants specifically dedicated to supporting our core programmes.

The Tenure Facility

The International Land and Forest Tenure Facility is focused on securing land and forest rights for Indigenous Peoples and local communities. We are the first financial mechanism to exclusively fund projects working towards this goal while reducing conflict, driving development, improving global human rights, and mitigating the impacts of climate change.

Language of the event: 
English
Portuguese
Spanish
French

25 mai 2023

15h00 - 16h00 CET/ 9h00 - 10h00 EST

 Inscrivez-vous

 

Après deux semaines de négociations tendues, la récente conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP15) s'est achevée sur un accord historique destiné à guider l'action mondiale en faveur de la nature jusqu'en 2030. Le cadre mondial pour la biodiversité (CMB) de Kunming-Montréal comprend des mesures concrètes pour stopper et inverser la perte de la nature, notamment en plaçant 30 % de la planète et 30 % des écosystèmes dégradés sous protection d'ici à 2030. 

La COP15 a été l'occasion pour les dirigeants autochtones de faire reconnaître leurs droits en tant que gardiens de la biodiversité mondiale.  Si certains groupes autochtones craignent que l'objectif "30 pour 30" ne soit utilisé pour leur confisquer leurs terres sous couvert de conservation, d'autres ont déclaré que l'objectif de 30 % n'était pas assez ambitieux et ne permettait pas de garantir la protection de la nature. Dans l'ensemble, les groupes autochtones sont d'accord sur un point : pour que la conservation fonctionne pour les populations et la nature, en les protégeant toutes deux des facteurs de perte environnementale, les peuples autochtones doivent être au centre de ces processus. 

En outre, lors de la session de clôture de la COP15, les parties ont approuvé un accord visant à "réévaluer et élargir le rôle des connaissances traditionnelles des peuples autochtones et des communautés locales dans le processus de la Convention sur la diversité biologique". Ce webinaire se concentrera sur la question de savoir si les récents résultats de la COP15 sur la biodiversité ont reconnu de manière adéquate les droits fonciers des peuples autochtones et comment les connaissances et les données autochtones peuvent être valorisées, entendues et utilisées pour améliorer la conservation de la biodiversité.

Related content: 
News
UN Photo Indigenous groups and land stewardship
8 Diciembre 2022

From 7-19 December, officials from across the world are meeting in Montreal for COP15, the Convention on Biological Diversity. At the heart of their plans to save the planet lies the 30% initiative, a commitment to create even more national parks and animal reserves - a mainstream approach relying on "Fortress Conservation".

Comparta esta página