Redonner vie aux pâturages semi-arides du Liban | Land Portal

Photo: UNAMID (CC BY-NC-ND 2.0 DEED)

Autrefois considérée comme le grenier à blé de l'Empire romain, la vallée de la Beqaa est la région la plus fertile du Liban.

Cependant, le surpâturage, l'érosion des sols et la déforestation ont privé les montagnes autrefois luxuriantes de leur couvert arboré naturel, laissant les bergers et leurs animaux à la merci du soleil brûlant du Moyen-Orient.

"Il fait très chaud en été et il n'y a pas d'ombre où je puisse m'asseoir ou faire paître mon troupeau", explique Hussein Janbayn, un berger local qui possède environ 400 chèvres.

En 2021, le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), en partenariat avec l'Initiative de reboisement du Liban, a travaillé avec les municipalités locales pour lancer un projet pilote innovant appelé "Shade for Life" dans les villages de Mdoukha et Khirbet Rouha dans le district de Rashaya, dans la vallée de la Beqaa.

"De meilleurs pâturages produiront plus de lait, ce qui signifie plus de ventes, et donc plus de revenus pour ma famille.

L'objectif du projet est de restaurer les paysages et les écosystèmes des terres semi-arides pour à la fois améliorer et de conserver cet écosystème vital, mais aussi soutenir les bergers et leur bétail. Le projet s'est concentré sur la plantation de groupes de 150 grands arbres, notamment des chênes, des figuiers et des amandiers sauvages, ainsi que des espèces fourragères qui favorisent l'infiltration de l'eau et soutiennent le pâturage à long terme.
"Les arbres nouvellement plantés contribuent à prévenir l'érosion, apportent plus d'eau et améliorent les sources, et ils fourniront de l'ombre pour nous et notre troupeau", a déclaré Hassan Mahmoud Moussa, un berger de la région.
L'élevage de bétail sur les chaînes de montagnes de la vallée de la Beqaa est un mode de vie qui remonte aux temps bibliques. Il symbolise l'attachement des bergers et des habitants à leur terre et à leur culture.
L'élevage est également un secteur économique vital au Liban, où les bergers vendent tout, de la viande au fromage de chèvre. Mais cette pratique millénaire a dû faire face à de nombreux défis ces dernières années, notamment la dégradation des sols, la perte de biodiversité et la vulnérabilité au changement climatique.
 
 
Le projet Shade for Life est financé dans le cadre de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes, dirigée par le PNUE et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), afin de mettre un terme à la dégradation des écosystèmes et d'améliorer les moyens de subsistance des populations, de lutter contre le changement climatique et d'enrayer l'effondrement de la biodiversité.Les espèces fourragères ou les plantes comestibles qui constituent une alimentation idéale pour le bétail ont été plantées dans les groupements à l'aide de la méthode de la boule de semences, qui consiste à ajouter une variété de graines locales dans des mottes de terre et à les semer en les éparpillant sur le sol.  
 
Pendant la germination, la motte de semences elle-même contient des minéraux nutritifs ou de l'humus, c'est-à-dire de la matière organique sombre qui se forme dans le sol lorsque les matières végétales et animales se décomposent, ce qui aide les graines à germer. Par exemple, l'humus contient des éléments nutritifs importants nécessaires à la croissance des plantes, notamment de l'azote. L'humus donne également au sol la structure nécessaire et une texture friable et lâche pour que l'oxygène puisse y pénétrer et atteindre les racines des plantes.
Grâce à la plantation d'espèces d'arbres indigènes, à une meilleure gestion des terres, à l'investissement dans le renforcement des capacités, à la sensibilisation aux dangers du surpâturage, aux meilleures pratiques de pâturage telles que le pâturage tournant, vital pour des terres de pâturage saines, le projet de restauration commence à porter ses fruits.
L'une des caractéristiques uniques de ce projet est qu'il n'entrave pas la productivité des bergers. Même pendant la phase de planification, les zones de pâturage sont restées accessibles aux troupeaux, avec des parcelles de 25 à 50 mètres carrés plantées, irriguées et entretenues par les bergers eux-mêmes.
 
Les bergers ont joué un rôle clé dans la conception, la planification et la mise en œuvre réussie de ce projet. Ils ont participé au choix de l'emplacement des arbres et ont recommandé des espèces indigènes telles que le figuier sauvage, le saule et le peuplier qui apporteront de l'ombre ou des fruits.
"Ce projet a adopté une approche participative qui a impliqué les bergers, les autorités locales et les organisations de la société civile", a déclaré Sami Dimassi, représentant du PNUE et directeur régional pour l'Asie de l'Ouest. "Il a non seulement ramené l'ombre et restauré les pâturages, mais il a également renforcé les capacités des communautés locales et des bergers, les engageant à préserver l'écosystème restauré."  
Hassan Mahmoud Moussa, un berger de la région qui élève plus de 300 chèvres, voit les avantages de ce projet en termes économiques. "De meilleurs pâturages produiront plus de lait, ce qui signifie plus de ventes, et donc plus de revenus pour ma famille", explique-t-il.
Comme dans de nombreuses régions du monde, les prairies du Liban ont été durement touchées par l'augmentation des températures, la diminution des précipitations et la sécheresse causées ou exacerbées par le changement climatique.
Plus de 50 % (en anglais) des terres arides de la planète sont couvertes d'herbe, d'arbustes ou d'une végétation clairsemée et résistante, vitale pour des millions de bergers et d'éleveurs. Ces paysages stockent également de grandes quantités de carbone qui réchauffent la planète.
Toutefois, la plupart des efforts déployés pour lutter contre le changement climatique se concentrent sur les forêts tropicales et négligent souvent les pâturages. Or, contrairement aux forêts, les prairies séquestrent la majeure partie de leur carbone sous terre, ce qui en fait un puits de carbone (en anglais) très efficace. Et comme elles sont répandues dans le monde entier, leur potentiel de piégeage du carbone est trop important pour être ignoré. 
En décembre 2022, les pays se sont mis d'accord sur un accord transformateur pour la nature. Le cadre mondial pour la biodiversité Kunming-Montréal appelle à l'atténuation des effets du climat et à l'adaptation à ces effets par des solutions fondées sur la nature, ce qui constitue un outil efficace d'atténuation des effets du climat susceptible de réduire considérablement la déforestation et la perte de biodiversité tout en favorisant les économies locales.
 

Le cadre mondial pour la biodiversité

La planète connaît un dangereux déclin de la nature. Un million d'espèces sont menacées d'extinction, les sols deviennent infertiles et les sources d'eau se tarissent. Le cadre mondial pour la biodiversité, adopté par les dirigeants du monde entier en décembre 2022, a pour objectif de stopper et d'inverser la perte de la nature d'ici à 2030. Pour s'attaquer aux causes de la crise de la nature, le PNUE collabore avec ses partenaires afin d'agir sur les paysages terrestres et marins, de transformer nos systèmes alimentaires et de combler le déficit de financement en faveur de la nature.

À propos de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes

La Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030 est un appel à la protection et à la revitalisation des écosystèmes dans le monde entier, au bénéfice des populations et de la nature. Elle vise à mettre un terme à la dégradation des écosystèmes et à les restaurer pour atteindre les objectifs mondiaux. L'Assemblée générale des Nations unies a proclamé la Décennie des Nations unies, qui est dirigée par le Programme des Nations unies pour l'environnement et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. La Décennie des Nations unies est en train de créer un mouvement mondial fort et étendu pour accélérer la restauration et mettre le monde sur la voie d'un avenir durable. Plus d'une centaine d'organisations, qu'il s'agisse d'institutions mondiales ou des acteurs de la restauration sur le terrain, se sont jointes à l'effort. Il s'agira notamment de créer un élan politique en faveur de la restauration et de mettre en place des milliers d'initiatives sur le terrain.

 
Related content: 
News
11 Junio 2021

A major project reform in Lebanon at the cadastre and land register department level has started with the support and cooperation of the French development agency and the expertise of France, via the FEXTE project that funds technical cooperation programmes and project-preparation studies in developing countries.

Library Resource
Informes e investigaciones
Diciembre, 2009
Líbano, Asia occidental

Lebanon is ICARDA’s second host country and the country that witnessed the launch of the center in the mid-1970s through the ALAD program of the Ford Foundation. This process culminated in 1977 with a host country agreement signed with the Government of Lebanon in 1977, which established ICARDA here as an International Center.

 Copyright © Fuente (mencionado anteriormente). Todos los derechos reservados. El Land Portal distribuye materiales sin el permiso del propietario de los derechos de autor basado en la doctrina del "uso justo" de los derechos de autor, lo que significa que publicamos artículos de noticias con fines informativos y no comerciales. Si usted es el propietario del artículo o informe y desea que se elimine, contáctenos a hello@landportal.info y eliminaremos la publicación de inmediato.



Varias noticias relacionadas con la gobernanza de la tierra se publican en el Land Portal cada día por los usuarios del Land Portal, de diversas fuentes, como organizaciones de noticias y otras instituciones e individuos, que representan una diversidad de posiciones en cada tema. El derecho de autor reside en la fuente del artículo; La Fundación Land Portal no tiene el derecho legal de editar o corregir el artículo, y la Fundación tampoco espalda sus contenidos. Para hacer correcciones o pedir permiso para volver a publicar u otro uso autorizado de este material, por favor comuníquese con el propietario de los derechos de autor.

Comparta esta página