Le lien entre la microfinance et la perte de terres : Country Insights Digest #4 - février 2022 | Land Portal


Le sujet de ce dossier bouillonne depuis un certain temps. J'ai été sensibilisé pour la première fois au sujet de la microfinance en relation avec la perte de terres il y a près de deux ans, lors d'une présentation faite par un étudiant à l'université de Chiang Mai, au Cambodge.


Depuis lors, plusieurs articles ont été publiés sur ce pays, et notre reportage présente des analyses de cas essentielles de communautés touchées par la dette. Ma première idée a été de comparer la situation du Cambodge à celle d'autres pays d'Asie du Sud-Est continentale. Cependant, il y a une pénurie de nouvelles recherches de qualité à signaler, et je n'ai pas eu le temps de trouver et d'organiser des entretiens avec des praticiens régionaux de la microfinance. (Soit dit en passant, une recherche ultérieure consistera à explorer pourquoi il y a si peu de rapports régionaux, et si le Cambodge est vraiment un cas exceptionnel).


 


J'ai donc élargi mon champ d'investigation et j'ai trouvé des études comparables fascinantes sur le Timor-Leste et le Guatemala. Ces trois pays sont des États post-conflit, où la paix a été suivie d'importantes injections de capitaux des institutions financières internationales (IFI) en faveur de la réforme économique. Dans ce contexte, les IFI considèrent que la microfinance non seulement crée des emplois et réduit la pauvreté, mais qu'elle peut aussi contribuer à briser le cycle de la violence. Cependant, les trois articles montrent clairement que la microfinance n'est peut-être pas la panacée pour aider les pauvres à sortir des situations de précarité. En effet, elle peut entraîner une augmentation du fardeau de la dette et des inégalités sociales et de genre. Les trois pays autorisent l'utilisation de la terre comme garantie des prêts, ce qui entraîne le risque de ventes forcées ou de dépossession si le bénéficiaire du prêt a du mal à rembourser.


 


Pour planter le décor, l'un de nos auteurs, le Dr Melissa Frances Johnston, cite Lamia Karim, qui définit la microfinance comme "des services financiers utilisant de petites sommes d'argent, destinés aux pauvres, pour permettre d'investir dans des activités productives existantes ou nouvelles afin de générer des revenus, d'employer des membres de la famille et d'amortir les chocs économiques".


Il existe des formes de crédit correspondant à cette description depuis des siècles. Toutefois, l'itération moderne trouve ses racines dans les années 1970, avec la Grameen Bank au Bangladesh, créée par le pionnier Muhammad Yunus. Inspirée par les premiers succès, la microfinance a été promue comme un moyen de réduire la pauvreté, notamment en raison de sa capacité à atteindre les femmes démunies. Pourtant, une tension subsiste quant à la question de savoir si la microfinance doit se conformer au monde plus large du financement, guidé par la maxime néolibérale de génération de profits, ou s'il s'agit d'une forme d'aide sociale visant à améliorer le statut des plus pauvres.



Inscrivez-vous ici pour recevoir ce résumé dans votre boîte e-mail


 


  • Droit au soulagement : Les communautés foncières endettées s'expriment

  • La finance frontière : le rôle de la microfinance dans l'endettement et la violence au Timor-Leste post-conflit

  • "Pourquoi quelqu'un partirait-il ?" : Développement, surendettement et migration au Guatemala

  • Quelques réflexions finales...



 


Droit au soulagement : Les communautés foncières endettées s'expriment


Par la Ligue cambodgienne pour la promotion et la défense des droits de l'homme (LICADHO) et Equitable Cambodia, juin 2021​


 


Ce nouveau rapport présente les histoires et les voix de 14 communautés cambodgiennes qui ont été endettées par des prêts de microfinance. Il est basé sur des recherches menées par la Ligue cambodgienne pour la promotion et la défense des droits de l'homme (LICADHO) et Equitable Cambodge, deux ONG clés qui défendent les droits de l'homme au Cambodge et dont le travail est souvent lié aux conflits fonciers dans le pays. Le rapport est également présenté sous la forme d'un site web, où le spectateur peut naviguer dans les différents récits communautaires à l'aide d'une carte.


Le rapport indique que les Cambodgiens ont reçu 11,8 millions de dollars US en microcrédits, tant de la part des institutions de microfinance (IMF) que des banques. Un titre foncier est couramment utilisé comme garantie pour un prêt. À la fin de l'année 2020, le prêt moyen était de 4 280 dollars, un montant qui dépasse le revenu annuel de 95 % des Cambodgiens.


Pourtant, bien qu'elle représente la plus grande industrie de la microfinance au monde, la protection des clients est très faible au Cambodge, et le rapport appelle à une réforme radicale du secteur. La situation critique des preneurs de risques endettés contraste avec les bénéfices records des banques et des IMF pendant la pandémie de COVID.


Les 14 communautés mises en avant dans ce rapport sont situées dans huit provinces autour de la question du pays. Elles ont déjà été impliquées dans divers litiges fonciers depuis plusieurs années (raison pour laquelle elles sont connues de la LICADHO et d'Equitable Cambodge), il est donc déconcertant de voir comment le système de microfinance se révèle être une nouvelle menace pour leurs titres fonciers durement acquis et leurs moyens de subsistance en général. Des discussions de groupe ont été organisées dans chaque communauté, suivies d'entretiens individuels avec 1 à 4 membres. Les perspectives ont été recueillies sur des sujets tels que:


  • Les raisons d'emprunter
  • Comportement non éthique des agents de crédit
  • Conséquences négatives de l'endettement par microcrédit
  • Effets émotionnels
  • Effets de COVID-19

Les réponses pour chaque sujet ont été classées en fonction de leur caractère répandu (mentionné par 10 à 14 communautés), commun (5 à 9 communautés) et rare (2 à 4 communautés). Par exemple, dans le sujet "raisons d'emprunter", le remboursement d'autres dettes a été mentionné par 13 communautés, un fait important pour apprécier la façon dont les microprêts se mélangent avec d'autres formes de prêts. Parallèlement, 13 communautés ont mentionné la vente de terres comme une "conséquence négative de l'endettement par microcrédit", et les agents de crédit ont fait pression sur les ventes de terres dans 9 communautés.


Le rapport reconnaît également le rôle des autorités locales (souvent les chefs de village et de commune) qui sont signataires de contrats de prêt avec des terres comme garantie. Plutôt que de soutenir leur communauté, il existe de nombreux cas où ces autorités participent à la pression exercée sur les emprunteurs pour qu'ils remboursent leurs dettes, un service pour lequel elles sont payées par les agents de crédit. Dans certains cas, les fonctionnaires sont activement impliqués dans la promotion des prêts, ou offrent leurs propres prêts informels pour rembourser les dettes.


Il vaut la peine de suivre l'histoire de chaque communauté. Toutefois, pour des raisons de brièveté dans ce condensé, je voudrais m'attarder sur deux exemples:


 


Communauté de terre de Pailin, province de Pailin​



Citations de la communauté de Pailin Land​


"Ils sont venus avec deux ou trois employés et m'ont menacée en disant : 'Tante ! Si tu ne peux pas gagner de l'argent pour rembourser, je te convoquerai pour rencontrer le chef du village et de la commune'".


"Si nous n'avions pas vendu notre maison pour les rembourser, ils seraient venus tous les jours. Nous aurions été tellement gênés."

Traditionnellement une communauté agricole, de nombreux membres ont migré pour travailler en Thaïlande ou dans des usines de confection au Cambodge. Les terres ont d'abord été revendiquées par un fonctionnaire, avant d'être effectivement perdues par un gouverneur de province et son épouse. Après des protestations et des pétitions, certains ménages ont reçu des terres titrées en compensation. Aujourd'hui, 97 % des familles de la communauté ont une dette de microfinance et 60 % ont vendu des terres pour financer les remboursements. Même lorsqu'une dette était remboursée, les agents de crédit pouvaient conserver un titre foncier jusqu'à deux mois avant de le restituer. De nombreux membres de la communauté ont migré pour travailler, y compris les enfants, tandis qu'un membre a commencé à se prostituer pour payer ses factures.


 


Talao et Inn, province de Ratanakiri



Citations de Talao et Inn​


"Parfois, lorsque la date d'échéance du remboursement approche, nous empruntons de l'argent à un prêteur privé pour rembourser l'IMF, puis nous empruntons à l'IMF pour rembourser le prêteur privé."


"Si les gens ont des vaches et des buffles d'eau à vendre, ils peuvent garder leurs terres. S'ils n'en ont pas, leur terre est déjà partie."

Ces deux communautés agricoles indigènes avaient auparavant perdu des terres au profit d'une concession de caoutchouc gérée par le groupe vietnamien Hoang Anh Gia Lai (HAGL). Certaines familles ont finalement reçu des terres en compensation, mais beaucoup n'ont toujours pas de titres de propriété officiels. Environ 90 % des familles empruntent auprès des IMF, en utilisant (si possible) des terres comme garantie. Si de nombreuses familles ont réussi à rembourser leurs prêts dans les délais, 9 familles ont vendu des terres et les agents de crédit continuent de les contraindre à le faire. Par exemple, ils ont menacé de mettre des panneaux " à vendre " devant les maisons des emprunteurs qui sont en retard dans leurs paiements. Le fait d'infliger la honte est très important, et certains villageois ont été contraints de fuir par honte de vendre des terres, ou à cause de la pression des agents de crédit.


 


 Lire le rapport complet


Crédit photo : Jan Chipchase, Banque mondiale, licence CC BY-SA 3.0


 


     



 


La finance frontière : le rôle de la microfinance dans l'endettement et la violence au Timor-Leste post-conflit


Par le Dr Melissa Frances Johnston, avril 2020​


 



Basée sur 11 mois de travail ethnographique de terrain, principalement à partir de 2015, l'étude se concentre sur la relation de la microfinance avec la brideprice et la dette, où elle renforce les hiérarchies de classe et de genre plutôt que de permettre d'échapper à la pauvreté. Il est vrai que la terre fait l'objet d'une attention moindre dans l'analyse. Cependant, il vaut la peine d'étudier l'article dans ses propres termes, le cas étant très instructif quant au potentiel de la microfinance à contribuer à l'endettement plutôt qu'à améliorer les moyens de subsistance des femmes pauvres. Pour ceux qui souhaitent obtenir plus de détails historiques sur le Timor-Oriental et une analyse approfondie du système foncier, je recommande de consulter l'excellent profil récent rédigé par ma collègue Anne Hennings (qui a également rédigé un profil pour le Cambodge).


Il existe des preuves de l'existence de prêts de type microcrédit accordés à des coopératives dans l'Indonésie coloniale et post-indépendance et au Timor oriental. Lorsque le Timor-Oriental a été reconnu comme un État souverain en 2002, après plus de 30 ans de conflit entre les groupes séparatistes et l'armée indonésienne, le microfinancement a été encouragé par les institutions financières internationales (IFI) telles que la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement comme un pilier essentiel de la réforme économique. Un premier programme de la Banque mondiale a été considéré comme un échec, les veuves de guerre ciblées n'ayant pas remboursé leurs prêts sous le poids d'une économie post-conflit fragile. Les programmes de microfinance ont alors été placés sous le contrôle de l'État, avec le soutien financier et réglementaire des IFI. Le secteur a été consolidé par la promotion des groupes d'entraide locaux, qui géraient les apports financiers, les taux d'intérêt et les rendements, indépendamment des institutions formelles.


Johnston oppose la main visible des IFI au rôle essentiellement invisible des ménages et des groupes de parenté en tant que sujets et agents économiques. La microfinance s'insère dans les relations de classe existantes avec, d'une part, les élites aristocratiques agissant comme prêteurs et, d'autre part, les fermiers de la classe ouvrière descendant d'esclaves comme emprunteurs. L'augmentation de la dette par le biais de la microfinance contribue à l'emprise des élites sur la terre et le travail. L'accent est mis ici sur les relations entre les hommes et les femmes et sur la manière dont la microfinance est utilisée pour rembourser la dette de départ, exacerbant ainsi un système d'exploitation déjà existant. Bien que les organisations de microfinance prétendent que les prêts ne peuvent être utilisés que par les femmes pour des activités entrepreneuriales, l'auteur affirme que les élites villageoises des lignées supérieures gèrent des entreprises de prêt d'argent financées en partie par la microfinance publique par le biais de groupes d'entraide locaux. Par exemple, l'auteur présente la preuve d'un groupe d'entraide où la trésorière et la présidente accumulaient les bénéfices, à l'insu des autres membres. Les prêts de microfinance étaient empruntés puis prêtés à d'autres personnes à des taux d'intérêt plus élevés, y compris à des personnes extérieures au groupe, une pratique courante au Timor-Leste.


Il y a un chevauchement évident entre la microfinance et d'autres formes de prêts d'argent, plaçant les loanees de basse lignée dans un cycle d'endettement. Les ventes forcées de terres, de logements et d'autres biens sont également considérées comme des conséquences. Même si l'accent mis sur la terre est minime ici, et mériterait un examen plus approfondi, l'étude confirme comment la terre est prise dans le surendettement.


 


Lire le rapport complet


Crédit photo : Femmes du Timor-Leste, par Josh Estey / CARE, licence CC BY 2.0


 


     



 


"Pourquoi quelqu'un partirait-il ?" : Développement, surendettement et migration au Guatemala


Par Lauren Heidbrink, Giovanni Batz et Celeste Sánchez, novembre 2021​


 



Pour le dernier article de ce digest, nous voyageons autour du monde à Almonga, une ville du sud du Guatemala. La ville est principalement composée de personnes appartenant au groupe indigène Maya-K'iche'. Elle est présentée comme un site de migration interne, où la production agricole est orientée vers une stratégie d'exportation nationale. Cependant, l'émigration vers les États-Unis reste importante. L'article, comme les autres études de ce dossier, remet en question l'idée que la microfinance soutient les pauvres en milieu rural, les minorités ethniques et les femmes, affirmant au contraire qu'elle renforce les inégalités existantes, ce qui est en contradiction avec les conceptions locales du développement.


Après la fin de 36 ans de conflit en 1996, l'USAID et la Banque mondiale ont injecté des dizaines de millions de dollars de financement au Guatemala. Un secteur du microcrédit a alors vu le jour. Ce secteur a connu une croissance significative après la récession économique de 2008, élargissant son portefeuille aux prêts aux petites entreprises, aux crédits hypothécaires et aux assurances. Almonga compte elle-même plus de 12 IMF enregistrées.


Les données de cette étude ont été recueillies par le biais d'une enquête menée auprès de 148 ménages en 2016. D'autres entretiens semi-structurés ont été menés avec les principaux acteurs communautaires. L'accent est mis sur les Guatémaltèques indigènes, qui représentent 60% de la population nationale mais aussi 80% des pauvres du pays. Ces groupes sont porteurs d'une conception du développement alternative à l'insistance néolibérale sur une croissance sans limites. À Almonga, le concept k'iche' d'utz k'aslemal perçoit un équilibre entre les entités humaines et non humaines sur une terre aux ressources limitées. La qualité de vie se mesure à la qualité des relations coexistantes. Cela contraste avec les modèles de développement de l'État qui, pendant plusieurs générations, ont soutenu la capitalisation des terres pour les exportations agricoles commerciales, ce qui a souvent conduit à la dépossession des groupes autochtones. Les auteurs craignent que la microfinance n'enlève aux pauvres les terres qui leur restent, ce qui les pousserait à migrer pour cause d'endettement. En effet, les Guatémaltèques constituent la plus grande nation qui migre vers les États-Unis et qui en est expulsée.


Comme dans les autres cas de ce dossier, le microcrédit est présenté comme étant disponible pour les petites entreprises, mais il est souvent utilisé pour répondre aux besoins quotidiens et pour soutenir les moments de crise, comme les problèmes de santé au sein de la famille ou la perte d'emploi. Autre similitude, il existe un mélange de sources de prêts formelles (banques, IMF) et informelles (prêteurs, famille), et de nombreuses familles jonglent avec plusieurs formes de dettes. Plus de 77% des personnes interrogées ont utilisé leurs terres et leurs maisons comme garantie pour les prêts. 53,1 % avaient remboursé leurs dettes, 40,6 % étaient toujours en cours de remboursement et 6,3 % n'avaient pas honoré leurs engagements, beaucoup perdant ainsi leurs terres. Bien qu'il existe une longue tradition d'émigration permanente et saisonnière des Guatémaltèques, la décision d'émigrer a récemment été motivée par des problèmes de dettes et de perte de terres. La migration de travail a également lieu pour donner la priorité au remboursement de la dette par rapport aux autres besoins du ménage. Ainsi, l'expulsion des États-Unis comporte un risque de défaut de paiement des prêts. Vu sous l'angle de leurs propres conditions de développement, la migration n'est pas considérée comme apportant quoi que ce soit de bénéfique à la vie des Almonga, mais plutôt comme une activité nécessaire, même si elle entraîne une hausse des prix des terres par le biais des transferts de fonds et brise la cohésion des ménages et de la communauté.


Lire le rapport complet


Crédit photo : Vallée d'Almolonga dans les hautes montagnes de Quetzaltenango, par Febel3345, CC0 1.0 Licence universelle


     



 


Quelques réflexions en guise de conclusion


...


Les cas présentés dans les trois articles contrastent fortement avec le monde de la microfinance présenté comme un antidote à la pauvreté mondiale et aux inégalités structurelles. Se pourrait-il que les résultats négatifs présentés ici représentent simplement une application défectueuse de la réglementation ? Ce serait une façon commode de défendre le rôle de la microfinance dans la réduction de la pauvreté. Il est certain qu'il existe ici de nombreuses preuves de sous-réglementation, où le microcrédit est utilisé pour financer des activités tout à fait distinctes des petites entreprises promues par les IFI pour les économies post-conflit.


Cependant, je pense que cela ne tient pas compte du fait que la microfinance échoue et est peut-être incapable de rester objective par rapport aux conditions socio-économiques locales où elle est mise en œuvre. En effet, les cas présentés ici montrent comment elle ne s'assimile pas seulement à des formes structurelles d'inégalité, mais peut finir par les exacerber. C'est ce que l'on constate au Timor-Leste (violence de classe et de genre) et au Guatemala (pauvreté des groupes indigènes). En outre, la microfinance se fond dans un ensemble de sources de crédit, informelles ou non, qui créent collectivement le surendettement et la dépossession des terres. Les microcrédits peuvent être contractés pour couvrir d'autres dettes ou vice versa. En ce sens, il ne doit pas être considéré comme une aide uniquement responsable, mais comme faisant partie d'un paysage économique entraînant un endettement.


Il faut également se demander s'il s'agit même encore de microfinance. Les montants prêtés au Cambodge sont si élevés qu'ils dépassent les revenus annuels des ménages, utilisés pour des activités ayant peu de potentiel de réduction de la pauvreté. La microfinance, sous une apparence hautement commercialisée, s'est-elle donc simplement transformée en d'autres formes de crédit rural, où la marge bénéficiaire l'emporte sur tout autre objectif ?


Depuis la crise financière mondiale de 2008, les institutions bancaires d'Amérique du Nord, d'Asie de l'Est et d'Europe ont activement recherché de nouveaux marchés pour leurs investissements financiers. On constate une corruption inquiétante du concept de microfinance, qui passe d'une stratégie en faveur des pauvres à un moteur d'endettement dans la quête du profit. Pourtant, il y a ici une lacune dans l'analyse.


Il serait utile de disposer de plus de données pour savoir si les prêteurs réalisent réellement des bénéfices. Ce qui est vrai, c'est que la perte de terres devient une conséquence déplaisante de cette forme commercialisée de microfinance. Des économistes comme Hernan de Soto ont insisté sur le fait que la terre reste un actif essentiel pour les pauvres en milieu rural et une source potentielle de croissance du capital pour améliorer les moyens de subsistance. Il serait désastreux que le microfinancement devienne un moyen de priver les pauvres de cet actif, ce qui aggraverait leur situation.


Il a fallu faire quelques recherches pour trouver ces trois articles. Le Cambodge peut représenter un cas exceptionnel, dans la croissance extrême d'un secteur commercial de la microfinance depuis le milieu des années 2000. Toutefois, il n'est pas unique, à en juger par les cas du Timor-Leste et du Guatemala. La question est de savoir si d'autres pays sont témoins des conséquences négatives invisibles du microcrédit.


La question mérite un examen géographique plus large. Les ventes forcées de terres pour cause de dette sont complexes dans leur manque de visibilité, immergées dans un ensemble de problèmes économiques locaux. Elles peuvent ne pas sembler aussi dramatiques que les saisies de terres à grande échelle pour l'extraction de ressources et les projets de développement d'infrastructures. Cela ne signifie pas qu'elles sont moins dommageables pour les victimes de la dette.


 


Consultez les derniers portefeuilles pays par Land Portal


   


 



 


 

Share this page