Pourquoi l'action climatique a-t-elle besoin des femmes? | Land Portal

ONU Climat Infos, le 8 mars 2022, La journée internationale de la femme est l'occasion de célébrer le rôle essentiel joué par les femmes dans la lutte contre les changements climatiques, et de réfléchir aux défis qui restent à relever.


La communauté internationale ne pourra atteindre les objectifs centraux de l'Accord de Paris, à savoir limiter la hausse de la température moyenne mondiale à 1,5 degré Celsius, que si l'ensemble de l'humanité participe à la lutte contre les changements climatiques. Et cela signifie que nous avons besoin que davantage de femmes et de filles soient responsabilisées et impliquées.


Nous ne pouvons pas exclure les voix, les connaissances, les perspectives et l'expertise de 50% de la population, a déclaré Patricia Espinosa, secrétaire exécutive d'ONU Climat. Nous devons faire en sorte que les femmes, dans toute leur diversité, soient impliquées à tous les niveaux, des négociations sur le climat aux salles de conseil d'administration en passant par les forêts et les champs, en particulier dans les secteurs et les régions durement touchés par les ravages des changements climatiques.


Le dernier rapport d'évaluation publié la semaine dernière par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le GIEC, nous rappelle que si le changement climatique touche tout le monde, il ne touche pas tout le monde de la même manière. La vulnérabilité aux changements climatiques est exacerbée par l'inégalité et la marginalisation liées au genre, à l'ethnicité, aux faibles revenus et à d'autres facteurs sociaux et économiques.


Il s'agit d'un défi et d'un problème que nous devons traiter de toute urgence, a déclaré Fleur Newman, cheffe d'équipe chargée des questions liées aux questions de genre à l'ONU Climat. C'est aussi une opportunité pour aborder ou redresser les déséquilibres, les injustices et les inégalités.


Par exemple, dans de nombreuses sociétés, les femmes sont responsables de l'énergie domestique, de la nourriture, de l'eau et des soins aux jeunes et aux personnes âgées. Dans les pays en développement en particulier, les conséquences des changements climatiques peuvent alourdir la charge des femmes et des filles, par exemple en les obligeant à se déplacer plus loin pour s'approvisionner au quotidien, en leur laissant moins de temps pour le travail rémunéré et en les exposant potentiellement à un plus grand risque pour leur sécurité personnelle.


Dans le même temps, les femmes peuvent être moins susceptibles de participer aux processus décisionnels politiques et administratifs clés pour répondre au changement climatique et, dans de nombreuses régions du monde, elles ont moins de capacité à se remettre des catastrophes naturelles en raison d'un accès et de droits limités à la propriété foncière et aux ressources financières.


Alors, comment pouvons-nous travailler ensemble pour faire tomber ces barrières ?


La bonne nouvelle est que les femmes et les filles sont de plus en plus habilitées à apporter des contributions inestimables à l'action climatique et à en bénéficier.


Nous l'avons constaté dans le cadre du processus des Nations unies sur le changement climatique. De nombreux pays ont fait part de la manière dont ils intègrent la dimension de genre dans différents secteurs prioritaires de leurs plans d'action nationaux pour le climat, connus sous le nom de contributions déterminées au niveau national et de plans nationaux d'adaptation.


Le plan d'action en faveur de l'égalité des sexes (GAP) adopté par les gouvernements dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) appelle à une participation pleine, égale et significative des femmes au processus climatique international et à garantir un rôle prépondérant aux femmes dans la prise de décision et dans l'action climatique.


Les gouvernements réunis dans le cadre de la CCNUCC ont adopté en 2012 un objectif d'équilibre entre les sexes dans les délégations nationales et dans les politiques et actions climatiques nationales. Depuis lors, le secrétariat des Nations unies sur les changements climatiques a rendu compte chaque année de la composition par sexe des délégations nationales et des organes d'orientation et de décision dans le cadre de la CCNUCC et de l'Accord de Paris. Ces rapports montrent que les gouvernements ont encore du chemin à parcourir pour atteindre l'équilibre, même au niveau international.


Ce qu'il faut maintenant, c'est que les pays fassent preuve de détermination dans la manière dont ils cherchent à atteindre la parité hommes-femmes dans les politiques climatiques locales, nationales et internationales et dans les rôles décisionnels. Et nous pouvons nous inspirer des meilleures pratiques dans d'autres secteurs, pays ou entreprises où l'autonomisation des femmes et des filles a progressé et où des mesures concrètes ont été mises en place.

Copyright © Source (mentioned above). All rights reserved. The Land Portal distributes materials without the copyright owner’s permission based on the “fair use” doctrine of copyright, meaning that we post news articles for non-commercial, informative purposes. If you are the owner of the article or report and would like it to be removed, please contact us at hello@landportal.info and we will remove the posting immediately.

Various news items related to land governance are posted on the Land Portal every day by the Land Portal users, from various sources, such as news organizations and other institutions and individuals, representing a diversity of positions on every topic. The copyright lies with the source of the article; the Land Portal Foundation does not have the legal right to edit or correct the article, nor does the Foundation endorse its content. To make corrections or ask for permission to republish or other authorized use of this material, please contact the copyright holder.

Share this page