Quand la technologie rencontre les droits fonciers : Utilisation des technologies pour soutenir la gouvernance foncière | Land Portal
Contact details: 
Stacey Zammit (stacey.zammit@landportal.info)
Organizers: 
The Tenure Facility

The International Land and Forest Tenure Facility is focused on securing land and forest rights for Indigenous Peoples and local communities. We are the first financial mechanism to exclusively fund projects working towards this goal while reducing conflict, driving development, improving global human rights, and mitigating the impacts of climate change.

TR Foundation.jpg

The Thomson Reuters Foundation was created to advance and promote the highest standards in journalism worldwide through media training and humanitarian reporting.

For over three decades, we have been informing, connecting and empowering people around the world through our free programmes and services.

We support our work through a combination of core annual donation from Thomson Reuters , other donations and sponsorships, through external funding from other organisations as well as grants specifically dedicated to supporting our core programmes.

Language of the event: 
English
Portuguese
Spanish
French

7 juillet 2022 de 9:00h  à  10h30 EST (de 15h00  à  16h30 CEST)

Alors que les populations du monde entier se tournent vers les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans leur vie quotidienne, les peuples autochtones et les communautés locales utilisent également des solutions innovantes. De plus en plus, les communautés intègrent leurs connaissances, compétences et valeurs traditionnelles aux outils numériques et satellitaires qui les soutiennent dans leurs efforts pour sécuriser leurs territoires ancestraux.

Si l'utilisation d'outils numériques peut contribuer à améliorer la gouvernance foncière, elle comporte aussi des risques considérables. Une étude 2020 de FIAN montre que, malgré les promesses de corriger une gouvernance foncière injuste, les technologies numériques peuvent favoriser l'accaparement des terres et les inégalités.  Bien que la terre soit reconnue comme un droit humain et qu'elle soit essentielle à la vie des populations rurales, les projets de numérisation sont souvent mis en œuvre sans garanties en matière de droits de l'homme. Comme beaucoup parlent de "Tech for Good", cette recherche a révélé comment les technologies numériques sont en fait devenues de nouveaux outils d'accaparement des terres et des sources de profit.  En bref, l'une des critiques persistantes de l'utilisation de la numérisation dans ce domaine est que la numérisation des droits fonciers peut reproduire, consolider et même exacerber les formes existantes d'exclusion et de marginalisation et n'est pas fondée sur une approche des droits de l'homme.  

Certaines des principales questions que ce webinaire peut aborder sont les suivantes : où la technologie rencontre-t-elle les droits fonciers ? Et une fois que c'est le cas, quels sont les avantages et les inconvénients potentiels ? Nous sommes tous d'accord pour dire que la technologie peut être utilisée à bon escient, mais quels sont les risques et les limites ? Plus précisément, la technologie et le partage des données sont-ils un moyen viable, pratique et sensible pour les communautés autochtones de lutter pour leurs droits fonciers ?

 

Intervenant(e)s

 

  • Anastasia Moloney (Modératrice), Fondation Thomson Reuters, est basée à Bogota et est la correspondante de la Fondation pour l'Amérique latine et les Caraïbes.  Avant de rejoindre la Fondation Thomson Reuters en 2009, elle était journaliste indépendante et couvrait la région andine pour le Financial Times et d'autres médias britanniques et américains.

  • Frank Pichel, Cofondateur et directeur des programmes de Cadasta, est un spécialiste de l'administration des terres qui a acquis une expérience de la conception, de la gestion et de la mise en œuvre de projets liés aux terres et axés sur la technologie dans le monde entier. Il a travaillé avec le secteur privé pour la mise en œuvre de programmes en Afrique de l'Ouest, ainsi que pour la conception et la gestion de programmes au sein du bureau des droits fonciers et de propriété de l'Agence américaine pour le développement international (USAID).

  • Harold Liversage, Spécialiste technique principal des régimes fonciers Fonds international de développement agricole, possède plus de 30 ans d'expérience dans les questions de gouvernance des terres et des ressources naturelles, principalement en Afrique orientale et australe. Dans ses fonctions actuelles, il est chargé d'aider le FIDA à mieux prendre en compte les questions de sécurité foncière et d'occupation des ressources naturelles dans les projets et programmes qu'il soutient. Il s'agit notamment de soutenir l'engagement du FIDA dans des initiatives régionales et mondiales telles que l'Initiative pour une politique foncière en Afrique, les "Directives volontaires pour la gouvernance des régimes fonciers" et le Groupe de travail mondial des donateurs sur les terres.

  • Elicio Quintero, COONAPIP Panama, est une organisation représentant les 12 dirigeants des conseils qui représentent les sept peuples autochtones de la nation - les groupes Ngäbe, Kuna, Emberá, Buglé, Wounaan, Naso Tjerdi (Teribe) et Bri. La COONAPIP a reçu des douze dirigeants le mandat d'unir les peuples autochtones dans un programme national unique et la légitimité de présenter des demandes et des propositions aux niveaux national et international.

Compartilhe esta página