Récapitulation du webinaire : L'état des données foncières en Afrique | Land Portal

L'état des données foncières : Transformer l'Afrique en une puissance du future" a eu lieu le 22 juin et a accueilli cinq orateurs. L'événement a été organisé par une équipe d'organisations comprenant la Land Portal Foundation, NELGA, GIZ et la Coopération allemande.  

Le webinaire a souligné l'importance d'une bonne gouvernance des données foncières pour améliorer les droits de propriété et permettre des services gouvernementaux plus efficaces. Les participants ont appris comment une meilleure gouvernance des données peut aider les individus, les communautés, les entreprises et les agences gouvernementales à mener leurs activités foncières de manière éthique et intègre. Le webinaire a présenté des exemples de recherches SOLI menées dans les pays d'Afrique australe par la Fondation du Land Portal en collaboration avec les chercheurs de NELGA.

Laura Meggiolaro, Directrice Générale de la Fondation Land Portal, a modéré l'événement, auquel ont participé les intervenants suivants

  • Nanny Wiechert, GIZ 

  • Charl-Thom Bayer,Fondation Land Portal

  • Dr. Mahmoud Solomon, Liberia Land Authority

  • Seydina Mouhamed Mbaye, GIZ 

  • Kenneth Kasera, Responsable de l'engagement des utilisateurs, RCMRD

Veuillez consulter un bref résumé de chacun des trois principaux points de vue et regarder la rediffusion ci-dessous pour une conversation complète et captivante.

 

Accès à l'information en Afrique et au Libéria

 

Charl-Thom Bayer: IEn 2000, seule l'Afrique du Sud disposait d'une loi sur l'accès à l'information. Depuis, la situation a évolué de manière spectaculaire. D'ici 2023, 27 des 54 pays africains auront adopté des lois sur l'accès à l'information, et huit autres sont en attente d'une législation. Il s'agit là d'un progrès considérable, puisque plus de la moitié des pays africains ont désormais adopté un cadre juridique unifié pour garantir le droit d'accès à l'information. Tout aussi important, 36 pays ont également adopté des lois sur la protection des données au cours de cette période.
 

Dr. Mahmoud Solomon:  Le Liberia a promulgué la loi sur la liberté d'information le 16 septembre 2010, donnant à chaque individu le droit de demander des informations publiques. En tant qu'Autorité foncière du Liberia, nous avons mis en œuvre cette loi avec diligence depuis sa création. Avec le renouvellement de notre institution en 2016 et l'élaboration de la loi sur les droits fonciers en 2018, que nous mettons actuellement en œuvre avec le soutien inestimable du gouvernement et de nos partenaires institutionnels, notre engagement ne cesse de croître. Garantir l'accès du public à l'information foncière a été notre principal objectif.

Seydina Mouhamed Mbaye: La majorité des citoyens sénégalais n'ont pas accès à l'information, y compris au matériel éducatif, et l'absence de loi sur l'accès à l'information est une difficulté courante. Des questions telles que l'utilisation des informations budgétaires, la protection des dénonciateurs et les mécanismes d'information des citoyens font l'objet d'un débat intense.

 

Défis et leçons apprises

 

Charl-Thom Bayer: Il est important de noter que l'accès à l'information ne signifie pas un accès illimité, car la vie privée et les considérations éthiques doivent être prises en compte. Les gouvernements doivent trouver un équilibre entre le besoin de transparence et la protection des informations sensibles. Bien qu'aucun outil ne puisse être crédité de ces progrès, les lois modernes sur l'accès à l'information ont joué un rôle important. Toutefois, certains pays ne disposant pas de telles lois ont mis en œuvre des mécanismes alternatifs, tels que des politiques d'infrastructure de données spatiales, afin de faciliter la disponibilité des informations. La mise en œuvre de ces lois et politiques envoie un message politique fort et crée une dynamique pour la poursuite des discussions et le renforcement des capacités dans les pays voisins. Il est encourageant de constater que l'ouverture des données et l'accès à l'information font désormais l'objet d'un large débat et que de plus en plus de pays disposent d'une législation en la matière ou sont en passe d'en adopter une. En outre, des institutions africaines telles que les banques de développement ont également mis en œuvre des politiques d'accès ouvert, sous l'impulsion de mandats internes visant à améliorer la prestation de services.

 

Dr. Mahmoud Solomon: Sachant que les terrains constituent un investissement important, il est crucial de les gérer efficacement. À cette fin, nous collaborons activement avec notre partenaire suédois pour développer un système modulaire. Au cours de l'année à venir, ce système transformera nos informations foncières, auparavant sur papier, en une plateforme numérique, accessible via notre site web. Grâce à cette plateforme, nous souhaitons présenter les terres dans tout le pays et fournir aux propriétaires fonciers des informations complètes. En facilitant l'accès aux informations pertinentes avant d'engager des transactions, nous pouvons contribuer à résoudre les problèmes de prix.

 

Seydina Mouhamed Mbaye: Des efforts ont été déployés pour élaborer une loi sur l'accès à l'information, mais les progrès sont au point mort. Dans la pratique, l'accès limité à l'information est influencé par des facteurs tels que les formats inadéquats et la sous-utilisation des langues nationales et d'Internet. Le partenariat pour un gouvernement ouvert offre une possibilité de coopération, mais il reste encore beaucoup à faire, en particulier dans le domaine de l'administration foncière. Les voix marginalisées doivent être entendues pour façonner efficacement les politiques publiques. L'absence de cadre juridique entrave l'accès, en particulier dans le secteur foncier. Il est nécessaire de plaider auprès du gouvernement pour relever ces défis.

 

Évaluation comparative de l'accès aux données

 

Charl-Thom Bayer: Dans l'ensemble, le nombre croissant de pays africains dotés de lois sur l'accès à l'information et de mesures de protection des données reflète les progrès significatifs accomplis pour garantir la transparence tout en respectant les préoccupations en matière de vie privée. L'émergence d'un leadership continental à cet égard souligne l'importance et l'impact de ces initiatives.

Dr. Mahmoud Solomon: Il est important de souligner que la guerre civile qui a sévi pendant 30 ans au Libéria était en partie le résultat de déficiences dans le système foncier. Il est donc primordial d'assurer la disponibilité des informations foncières pour le public. En promouvant la transparence des transactions, nous cherchons à apporter au secteur foncier la stabilité dont il a tant besoin.

Kenneth Kasera:Nous avons soutenu le développement de centres de données ouvertes et fourni des formations sur la transformation, la collecte, le traitement et la gestion des données numériques. Notre travail s'est étendu à différents pays et régions, dans le but de rendre l'information accessible à différents types d'utilisateurs. Nous avons travaillé avec des organisations telles que la GIZ, le Centre africain de politique foncière (ALPC) et GCI pour construire des plateformes telles que NELGA. Notre objectif est de créer un centre de données NELGA qui facilite la disponibilité des données pour les universités et permet à d'autres de contribuer également aux données. Ce centre de données unique acceptera à la fois des données spatiales et non spatiales, y compris des publications, des articles et des documents. Notre objectif est de rendre les données facilement accessibles aux universités et aux utilisateurs en Afrique et au-delà. En outre, nous avons mis en place des bureaux d'aide aux données dans quatre pays africains - le Ghana, le Sénégal, le Botswana et la Namibie - et nous prévoyons de les étendre à d'autres pays. Nous travaillons avec la Banque mondiale et le ministère des terres du Malawi pour mettre en place un système d'information foncière permettant d'accéder aux données cadastrales et à d'autres données pertinentes. Grâce à des partenariats avec l'Union européenne, UN Habitat, la Commission de l'Union africaine et UN Habitat, nous avons développé des centres de ressources régionaux, des observatoires et des plateformes de suivi pour faciliter le partage des données et la prise de décision dans les domaines de la foresterie, de la sécurité environnementale, des zones humides et de l'administration foncière. Nous préconisons une approche de l'administration foncière adaptée à l'objectif visé, qui implique les communautés locales dans le développement des données. Nous travaillons également sur l'initiative d'inventaire des données afin de rendre les données accessibles en cataloguant et en documentant les sources de données institutionnelles. Nous planifions également une conférence internationale pour rassembler les parties prenantes et explorer le lien entre la politique étrangère, la politique foncière et les données. Nous invitons les institutions à participer et à partager leur expertise. Nos collaborations impliquent généralement les ministères responsables des terres, de l'environnement et de l'énergie, car ils reconnaissent l'importance des centres de données pour soutenir les initiatives d'accès à l'information.

Nanny Wiechart: Nous avons soutenu le développement de centres de données ouvertes et fourni des formations sur la transformation, la collecte, le traitement et la gestion des données numériques. Notre travail s'est étendu à différents pays et régions, dans le but de rendre l'information accessible à différents types d'utilisateurs. Nous avons travaillé avec des organisations telles que la GIZ, le Centre africain de politique foncière (ALPC) et GCI pour construire des plateformes telles que NELGA. Notre objectif est de créer un centre de données NELGA qui facilite la disponibilité des données pour les universités et permet à d'autres de contribuer également aux données. Ce centre de données unique acceptera à la fois des données spatiales et non spatiales, y compris des publications, des articles et des documents. Notre objectif est de rendre les données facilement accessibles aux universités et aux utilisateurs en Afrique et au-delà. En outre, nous avons mis en place des bureaux d'aide aux données dans quatre pays africains - le Ghana, le Sénégal, le Botswana et la Namibie - et nous prévoyons de les étendre à d'autres pays. Nous travaillons avec la Banque mondiale et le ministère des terres du Malawi pour mettre en place un système d'information foncière permettant d'accéder aux données cadastrales et à d'autres données pertinentes. Grâce à des partenariats avec l'Union européenne, UN Habitat, la Commission de l'Union africaine et UN Habitat, nous avons développé des centres de ressources régionaux, des observatoires et des plateformes de suivi pour faciliter le partage des données et la prise de décision dans les domaines de la foresterie, de la sécurité environnementale, des zones humides et de l'administration foncière. Nous préconisons une approche de l'administration foncière adaptée à l'objectif visé, qui implique les communautés locales dans le développement des données. Nous travaillons également sur l'initiative d'inventaire des données afin de rendre les données accessibles en cataloguant et en documentant les sources de données institutionnelles. Nous planifions également une conférence internationale pour rassembler les parties prenantes et explorer le lien entre la politique étrangère, la politique foncière et les données. Nous invitons les institutions à participer et à partager leur expertise. Nos collaborations impliquent généralement les ministères responsables des terres, de l'environnement et de l'énergie, car ils reconnaissent l'importance des centres de données pour soutenir les initiatives d'accès à l'information

 

 

 

 

Related content: 
Blog post
 An abstract painting about Enhancing Access to Land Data
Global

As an advocate for open land data, the Land Portal Foundation aims to improve access to land data, engage stakeholders, and support actions that promote data openness. I recently had the opportunity to introduce the State of Land Information Index (SOLIndex) and talk about the Open Up Guide at the Global Land Tool Network (GLTN) Partners’ Meeting in Nairobi and show how these tools play a vital role in improving access to land information.

Page

The State of Land Information (SOLI) research and reports seek to provide an overview of publicly available data and information on key land issues. The aim of the research is to uncover the many different sources of land data and information at the country-level and help to identify actual data and information gaps, with a view to establishing a baseline for targeted interventions to improve the information ecosystem. 

Our robust methodology demonstrates not only trends and gaps in land data collection, but functions as a practical guide in support of improved visibility and usability of land data and information. SOLI reports serve as the first step in the implementation of the Open Up Guide for Land Governance. 

In 2021, we kicked off SOLI research in five countries in Africa. We aim to develop SOLI reports for a dozen countries in Africa by 2024.

Compartilhe esta página