La production actuelle de bois dans les concessions forestières brésiliennes ne pourra se maintenir que 35 ans | Land Portal
Lancées en 2006, les concessions forestières en Amazonie brésilienne visent à donner un cadre juridique pour une production durable de bois. Pourtant, selon une nouvelle étude publiée en juin dans Forest Ecology and Management, le rythme actuel d’exploitation de ces zones est loin d’être durable. Pour les chercheurs, le niveau de production ne pourra pas se maintenir au-delà d’un cycle, soit 35 ans. Sur les 27 scénarios analysés, seul un permettrait de maintenir une production constante au cours du temps, mais cela exigerait de réduire de moitié l’intensité d’exploitation et de doubler la durée d’un cycle.

Au Brésil, la production annuelle de bois amazonien est estimée à 11 millions de mètres cubes par an. Malgré un rythme d’exploitation élevée, les concessions forestières brésiliennes actuelles ne fournissent que 2 % du bois en provenance de la région. Ainsi, entre 2015 et 2016, environ 44 % de la production de bois dans l’Etat du Pará sont à imputer à l’exploitation forestière illégale.

Plinio Sist est chercheur en écologie forestière tropicale au Cirad et premier auteur de l’article : « La mise en place des concessions forestières en Amazonie brésilienne constitue une véritable avancée pour réduire la production illégale de bois. Elles sont malgré tout encore insuffisantes pour répondre aux besoins, et l’exploitation illégale continuera tant que les cadres légaux ne permettent pas de fournir plus de bois. L’enjeu est donc double : répondre à une demande forte, mais de manière durable. »

En 2021, le territoire des concessions forestières brésilienne s’étend sur 1,6 millions d’hectares. Les chercheurs estiment cependant la superficie de toutes les concessions potentielles à 35 millions d’hectares. L’étude publiée par les chercheurs dans le revue Forest Ecology and Management avait pour but d’évaluer les conditions dans lesquelles les systèmes de concessions actuel et potentiel pouvaient assurer une production annuelle de 11 millions de m3 par an. Pour ce faire les chercheurs ont teste 27 scénarios d’exploitation différente, en faisant varier l’intensité d’exploitation, la durée des cycles de rotation et enfin la proportion d’espèces de bois d’œuvre.

« Le rythme actuel d’exploitation forestière pourrait répondre à 91 % de la demande, si on l’étendait aux 35 millions d’hectares de concessions potentielles. En revanche, ce niveau de production ne pourra durer que 35 ans, puis déclinera chaque année jusqu’à déplétion des ressources, note Plinio Sist. Seul un scénario sur les 27 se révèle véritablement durable. Cependant, il ne répond au mieux qu’à 31 % de la demande. »

Ce scénario durable exigerait par ailleurs de réduire de moitié l’intensité de coupe (10 m3/ha au lieu de 20), de doubler la durée de rotation (65 ans au lieu de 35 ans actuellement) et enfin que 90% des espèces d’arbres aient une valeur sur le marché, ce qui est loin d’être le cas (à peine 20% des espèces d’arbres sont actuellement commercialisées)

 
Scénario selon les règles actuelles
Scénario durable

Durée de maintien de la production

35 ans

Plus de 1000 ans

Production annuelle totale sur les 1,6 million d'hectares de concessions actuelles

221000 m3

159000 m3

% de réponse à la demande brésilienne en bois (11 millions de m3/an)

2 %

1,45 %

Production annuelle totale sur les 35 millions d'hectares de concessions potentielles

10 millions de m3/an

3,4 millions de m3/an

% de réponse à la demande brésilienne en bois (11 millions de m3/an)

91 %

31 %

Les recommandations pour une production plus forte et durable

Afin d’assurer une production véritablement durable dans les concessions, les chercheurs proposent de faire évoluer trois critères : le pourcentage d’espèces commercialisées, l’intensité d’exploitation et la durée des cycles d’exploitation.

Par ailleurs, et au-delà d’augmenter la surface des concessions forestières jusqu’à 35 millions d’hectares, l’article pointe l’importance des communautés locales dans la gestion des forêts. Sur l’ensemble des aires protégées en Amazonie brésilienne, qui représente un territoire de 220 millions d’hectares, les unités de conservation gérées par des communautés pourraient produire jusqu’à 5,6 millions de m3 de bois chaque année.

Plinio Sist conclut : « En considérant la surface potentielle maximale des concessions forestières en Amazonie, que l’on estime à 35 millions d’hectares, on voit que le régime d’exploitation actuel ne serait capable de répondre à la demande actuelle que pour la durée d’un cycle, soit 35 ans. Notre étude montre ainsi que les forêts naturelles ne peuvent pas répondre à elles seules aux besoins en bois.  Il est donc urgent de mettre en place dès maintenant un système de sylviculture diversifié, et de développer d’autres sources de bois, via par exemple des plantations mixtes de bois d’œuvre, des agroforêts, ou encore l’aménagement des forêts secondaires. »

 

Référence

Plinio Sist, Camille Piponiot, Milton Kanashirog, Marielos Pena-Claros, Francis E. Putz, Mark Schulzee, Adalberto Verissimof, Edson Vidalg. 2021. Sustainability of Brazilian forest concessions. Forest Ecology and Management

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page