Aller au contenu principal

page search

News & Events Exploiter le pouvoir des données ouvertes pour l'action climatique
Exploiter le pouvoir des données ouvertes pour l'action climatique
Exploiter le pouvoir des données ouvertes pour l'action climatique
Rick de Satgé
Laura Meggiolaro

Introduction

Imaginez un monde où chaque communauté dispose des données, des informations et des connaissances dont elle a besoin pour prendre des décisions informées sur le territoire qu'elle appelle son foyer. Un monde où le pouvoir de l'information est exploité pour tenir les dirigeants responsables de la gestion durable des ressources naturelles essentielles. Tel est le potentiel de transformation des données foncières ouvertes et accessibles dans la lutte contre le changement climatique, qui est le défi déterminant de notre époque, menaçant la vie et les moyens de subsistance des communautés du monde entier.

 

La hausse des températures, les phénomènes météorologiques extrêmes et d'autres effets du climat créent un « code rouge pour l'humanité » qui dévaste les paysages, exacerbe les inégalités et compromet les progrès vers le développement durable. Il est urgent d'agir pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre, s'adapter aux changements inévitables et renforcer la résilience, en particulier pour les plus vulnérables.  

Les terres sont à la fois un moteur et une solution au changement climatique. Les pratiques non durables d'utilisation des terres, notamment l'extractivisme rampant, la déforestation et la dégradation des sols, contribuent de manière significative aux émissions mondiales de carbone. Actuellement, nos systèmes alimentaires sont à l'origine d'environ un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, dont deux tiers proviennent de l'agriculture, de la sylviculture et d'autres formes d'utilisation des terres. Des pratiques de gestion des terres plus durables, telles que l'agroforesterie et la restauration des écosystèmes, offrent un immense potentiel en matière de piégeage du carbone et d'adaptation.

Toutefois, la réalisation de ce potentiel nécessite une transformation de la gouvernance foncière, étayée par des données foncières ouvertes, accessibles et inclusives. Une société civile forte et dynamique peut exploiter les données foncières ouvertes - des données librement disponibles, utilisables et redistribuables par quiconque - pour protéger les droits fonciers, permettre une prise de décision informée et obliger les acteurs puissants à rendre des comptes. 

Dans le même temps, nous devons être conscients de la manière dont les droits fonciers et les données ont été conceptualisés dans une grande partie de la littérature internationale. Ces concepts sont souvent empreints de préjugés, d'expériences et d'hypothèses propres au Nord, qui sont souvent insuffisamment nuancés ou ne reflètent pas le contexte qui façonne le Sud.

Malgré ces limites, la conjoncture actuelle offre une opportunité cruciale de se mobiliser autour d'une vision commune des données foncières ouvertes pour l'action climatique. Le Land Portal travaille avec des gardiens de données dans différents contextes - institutions multilatérales, gouvernements, société civile, ILPC et secteur privé. Nous plaidons pour des cadres juridiques qui garantissent les droits de l'homme, l'accès à l'information et des systèmes de Gouvernance des données justes et équitables.

 

 

La nécessité de disposer de données foncières ouvertes, inclusives et actualisées 

 

Dans de nombreux pays, la gouvernance foncière se caractérise par l'opacité, l'inégalité et l'insécurité. Les registres fonciers sont souvent incomplets, obsolètes ou fragmentés, et la plupart des données sont enfermées dans des silos ou derrière des murs payants. Ce manque de transparence favorise l'accaparement des terres, la corruption et la marginalisation des groupes vulnérables, en particulier les Peuples autochtones, les femmes et les pauvres. Il est essentiel de savoir qui possède des terres et sous quel régime foncier, car la terre est une cible majeure pour la corruption et le blanchiment d'argent. Lorsque les registres fonciers deviennent accessibles au public, avec des garanties et des protections adéquates, les communautés et les organisations de la société civile ont la possibilité de surveiller les transactions foncières, de dénoncer les pratiques corrompues et d'exiger des comptes. Prenez l'exemple du Cambodge, où l'Open Development Initiative a créé une base de données publique sur les concessions foncières, permettant aux citoyens de suivre les transactions qui remodèlent leurs paysages et de défendre leurs droits.

Rendre les données librement accessibles, en particulier dans des domaines clés tels que la propriété foncière, et veiller à ce que les ensembles de données puissent être reliés entre eux, est un outil puissant pour exposer les réseaux de corruption - mais il reste beaucoup à faire pour réaliser ce potentiel à l'échelle mondiale.

Les impacts d'une gouvernance foncière dysfonctionnelle sont exacerbés par le changement climatique. Avec la raréfaction des ressources et l'intensification de la concurrence, les personnes dont les droits fonciers ne sont pas garantis risquent davantage d'être dépossédées et déplacées. En outre, le manque de données foncières complètes et actualisées entrave les efforts de planification et de réponse aux risques climatiques. 

 

Les décideurs politiques et les praticiens ont besoin d'informations précises sur les droits sur les terres et les ressources, l'utilisation des terres, la couverture des sols, la qualité des sols et d'autres attributs afin d'identifier les zones vulnérables, de hiérarchiser les interventions et de suivre les progrès réalisés. Mais dans de nombreux contextes, ces données sont soit indisponibles, soit inadéquates.

Des données foncières ouvertes, inclusives et actualisées constituent donc un outil essentiel pour l'action climatique. Cependant, pour que les données soient réellement ouvertes, elles doivent l'être à la fois juridiquement et techniquement. Les données ouvertes d'un point de vue juridique font l'objet d'une licence qui permet à quiconque de les utiliser, de les modifier et de les partager librement dans n'importe quel but. Cela se fait généralement par l'application d'une licence ouverte telle que Creative Commons. Techniquement, les données ouvertes sont publiées dans des formats et des structures qui permettent un traitement et une intégration faciles et automatisés avec d'autres ensembles de données. Cela nécessite l'utilisation de formats ouverts, lisibles par une machine, et l'adhésion à des normes de données ouvertes.

On ne saurait trop insister sur l'importance de l'ouverture technique et de l'interopérabilité. L'interopérabilité permet à différents systèmes de données d'échanger et d'utiliser des informations de manière transparente. Elle permet l'intégration et l'analyse de données provenant de sources multiples, ce qui est essentiel pour comprendre des phénomènes complexes tels que le changement climatique et ses effets sur les terres et les populations. Les normes ouvertes pour l'échange de données, telles que celles développées par l'Open Geospatial Consortium (OGC), sont des éléments clés de l'interopérabilité.

Toutefois, pour parvenir à une ouverture juridique et technique, il ne suffit pas de publier les données en ligne. Les dépositaires de données, en particulier les agences gouvernementales, doivent mettre en place des plans de gestion des données solides. Ces plans doivent aborder les aspects techniques de la publication des données, tels que les formats de données, les normes de métadonnées et les licences. Ils doivent également prendre en compte les cadres juridiques et institutionnels qui régissent le partage et l'utilisation des données, y compris les questions de confidentialité et de sécurité. Le renforcement des capacités et des ressources est nécessaire pour aider les détenteurs de données à élaborer et à mettre en œuvre ces plans.

Il existe une série de principes pour informer les stratégies de données et informations foncières ouvertes. Il s'agit notamment des principes CARE pour la Gouvernance des données indigènes et des principes FAIR pour la gestion et l'intendance des données scientifiques. 

Les principes CARE affirment que les Peuples autochtones ont le droit de régir la collecte, la propriété et l'application de leurs propres données. CARE signifie bénéfice collectif, autorité de contrôle, responsabilité et éthique. Une variante de ces principes a été élaborée par le Centre de gouvernance de l'information des Premières nations au Canada. Les principes CARE soulignent que les communautés indigènes doivent contrôler les processus de collecte des données et qu'elles doivent posséder et contrôler la manière dont ces informations doivent être utilisées. 

Les principes FAIR, quant à eux, soulignent que les données doivent être trouvables, accessibles, interopérables et réutilisables. À première vue, il peut sembler y avoir des tensions entre l'accent mis par les principes CARE et OCAP sur le contrôle des données par les autochtones et l'accent mis par les principes FAIR sur le libre accès. Cependant, ces principes peuvent être complémentaires s'ils sont appliqués de manière réfléchie. Par exemple, les communautés autochtones pourraient choisir de rendre certains sous-ensembles de leurs données foncières librement accessibles (FAIR), tout en conservant le contrôle des connaissances culturelles sensibles (CARE). L'essentiel est de veiller à ce que les Peuples autochtones aient le pouvoir de prendre ces décisions pour eux-mêmes.

Plus largement, les principes CARE nous rappellent que les initiatives en matière de données ouvertes doivent donner la priorité aux droits, aux intérêts et au bien-être des communautés qui sont représentées dans les données. Cela signifie qu'il ne suffit pas de rendre les données accessibles, mais qu'il faut aussi impliquer activement les communautés dans la Gouvernance des données et s'assurer qu'elles bénéficient de l'utilisation des données. Les principes FAIR, quant à eux, fournissent une feuille de route pour rendre les données plus utilisables et interopérables, ce qui est essentiel pour maximiser leur valeur dans le cadre de l'action climatique. 

En rendant les données plus transparentes, interopérables et accessibles, tout en respectant la souveraineté des données autochtones, les données ouvertes peuvent donner aux communautés les moyens de protéger leurs droits et leurs ressources. Il facilite une prise de décision plus informée et participative, permettant à diverses parties prenantes de collaborer à des solutions de gestion durable des terres. Enfin, elles fournissent à la société civile la base de données nécessaires pour obliger les gouvernements et les entreprises à rendre compte de leurs engagements en matière de climat. 

 

 

Preuves à l'appui d'une gouvernance foncière basée sur les données ouvertes pour l'atténuation du changement climatique

 

De plus en plus d'éléments démontrent le potentiel des données foncières ouvertes pour soutenir l'atténuation du changement climatique. Par exemple, des études récentes estiment que la sécurisation des droits fonciers autochtones et communautaires dans seulement 24 pays en développement pourrait empêcher la déforestation et les émissions associées équivalentes à la mise hors service de centaines de centrales électriques au charbon. 

Les données ouvertes peuvent également aider à identifier et à hiérarchiser les zones de restauration et de conservation. L'Atlas des opportunités de restauration, développé par le World Resources Institute et ses partenaires, utilise des données ouvertes sur l'occupation des terres, le type de sol et d'autres facteurs pour cartographier les sites potentiels de restauration à travers le monde. La disponibilité de ces informations peut guider les gouvernements, la société civile et d'autres parties prenantes dans la mise en œuvre de solutions fondées sur la nature pour lutter contre le changement climatique.

En outre, les données ouvertes permettent une planification de l'utilisation des terres plus efficace et plus équitable. En intégrant les données sur les droits sur les terres, l'utilisation des terres et la valeur des terres, les décideurs politiques peuvent prendre des décisions informées sur l'équilibre entre les demandes concurrentes sur les terres, tout en protégeant les droits et les moyens de subsistance des communautés locales. Bien qu'il ne rende pas nécessairement les données ouvertes, il est reconnu comme un processus et un outil hautement participatif qui peut aider à garantir que les plans et les politiques d'utilisation foncière sont inclusifs, répondent aux réalités locales et contrecarrent les préjugés du Nord.

 

Risques et défis potentiels des données ouvertes

 

Si les avantages potentiels des données ouvertes sur les terres sont considérables, il existe également des risques et des défis qu'il convient d'appréhender avec prudence. L'une des préoccupations majeures est le risque de captation de l'élite et d'utilisation abusive des données. Si les données foncières ne sont pas gouvernées et gérées de manière responsable, elles peuvent être utilisées pour renforcer les déséquilibres de pouvoir existants et permettre l'accaparement de terres par des acteurs puissants. 

Les données foncières ouvertes peuvent contribuer à prévenir la corruption dans les pays dotés d'institutions solides et où les inégalités sont faibles. Cependant, dans les contextes où les droits fonciers sont faibles et les déséquilibres de pouvoir importants, ces mêmes données peuvent permettre à des acteurs puissants de déposséder des communautés vulnérables. Des recherches ont montré comment les transactions foncières à grande échelle peuvent être facilitées par l'accès aux données du cadastre, au détriment des détenteurs de droits coutumiers non documentés.

Les risques et les avantages des données ouvertes doivent être soigneusement pesés en fonction des protections juridiques, des capacités institutionnelles et des dynamiques de pouvoir de chaque pays. Une Gouvernance des données efficace nécessite non seulement la disponibilité des données, mais aussi des garanties pour assurer une utilisation responsable des données et protéger les droits sur les données des groupes vulnérables. C'est là que les principes CARE peuvent fournir des orientations cruciales, en centrant les droits et les intérêts des Peuples autochtones et des communautés locales dans la gouvernance des données.

Un autre risque est celui des atteintes à la vie privée et de l'utilisation abusive d'informations sensibles. Les Données sur l'utilisation des terres contiennent souvent des détails personnels et confidentiels qui, s'ils ne sont pas correctement protégés, peuvent être utilisés à des fins frauduleuses ou malveillantes. Les processus d'enregistrement foncier peuvent être accaparés par les élites, ce qui entraîne l'exclusion des détenteurs de droits coutumiers, en particulier les femmes, les éleveurs et les communautés autochtones, dont les revendications foncières ne s'inscrivent pas forcément dans des cadres juridiques formels. En Inde, un programme de numérisation des registres fonciers a été détourné par des acteurs puissants qui ont exploité la transition pour s'emparer des terres des petits exploitants agricoles.

En outre, les initiatives de données ouvertes peuvent involontairement exacerber les inégalités existantes si elles ne sont pas conçues et mises en œuvre de manière inclusive et équitable. Si les données ne sont disponibles que dans certaines langues ou certains formats, ou si leur accès et leur utilisation requièrent des compétences ou des équipements spécialisés, les groupes marginalisés risquent d'être exclus de la participation et des bénéfices. Les principes FAIR peuvent contribuer à atténuer certains de ces risques en rendant les données plus faciles à trouver, plus accessibles et plus utilisables par un plus grand nombre de parties prenantes. Mais les données FAIR ne suffisent pas en elles-mêmes - elles doivent être associées à un soutien systématique pour défendre les droits des Peuples autochtones et des communautés locales (IPLC).  

Pour faire face à ces risques, il ne suffit pas d'apporter des solutions techniques ; il faut aussi s'attaquer aux déséquilibres de pouvoir qui sont omniprésents dans les systèmes de gouvernance foncière à travers le monde. Les principes de CARE et les principes de propriété, de contrôle, d’accès et de possession des Premières Nations – plus connus sous le nom de PCAP offrent un point de départ pour centrer l'équité et l'inclusion dans les initiatives d'open data, mais ils doivent se traduire par des pratiques et des garanties concrètes, élaborées en partenariat étroit avec les communautés affectées.

 

 

Tendances clés et état d'avancement des données ouvertes

 

L'élan autour des données foncières ouvertes est de plus en plus fort, en particulier dans le contexte du Sud mondial. Les gouvernements, les organisations de la société civile et d'autres parties prenantes reconnaissent de plus en plus l'importance des données ouvertes pour la gouvernance foncière et l'aménagement foncier, estimant que les avantages l'emportent sur les risques.

Au niveau mondial, les données sur le régime foncier ouvertes ont été identifiées comme une priorité clé dans divers cadres et initiatives internationaux, tels que les Directives volontaires sur la gouvernance responsable du régime foncier et le Guide d'Open Up pour la gouvernance foncière. Ceux-ci fournissent des orientations et des principes pour rendre les données ouvertes, accessibles et utilisables par tous, dans le cadre de l'accès à l'information en tant que droit de l'homme. Par exemple, la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples a élaboré une loi type sur l'accès à l'information pour l'Afrique.

 

Toutefois, le récent rapport Broken Links met en évidence des faiblesses systémiques au niveau mondial en ce qui concerne la collecte, la publication, l'utilisabilité et l'interopérabilité des données. Il note que la terre est au centre de décisions politiques majeures et un moyen de dissimuler l'enrichissement illicite, et qu'il s'agit donc d'un domaine d'intérêt important. 

En outre, de nombreux pays ne disposent toujours pas de données foncières complètes et actualisées, en particulier pour les régimes fonciers coutumiers et informels, que ces données soient ouvertes ou fermées. Les contraintes en matière de capacités et de ressources continuent d'entraver l'aménagement et la viabilité des systèmes de données foncières ouvertes.

Si certains pays ont progressé dans la numérisation des registres fonciers et dans l'ouverture et la transparence de ces derniers, d'importants défis subsistent dans la mise à jour des registres fonciers. Par conséquent, la qualité et la précision des données s'érodent rapidement. Cela souligne l'importance d'un investissement soutenu dans les systèmes de gouvernance des données foncières et de veiller à ce que les transactions foncières soient ouvertes dans la mesure du possible. 

Actuellement, la cartographie et l'enregistrement de régimes fonciers complexes, tels que les droits coutumiers ou informels à l'échelle, et la tenue à jour de ces registres dépassent souvent les capacités des institutions locales de gouvernance foncière. 

 

 

Intersections entre les données foncières et la planification de l'action climatique

 

Le croisement entre les données sur les terres et le climat est de plus en plus reconnu comme une frontière critique pour l'action climatique. Les modifications de l'utilisation et de l'occupation des terres sont à la fois des moteurs et des conséquences du changement climatique, ce qui rend l'analyse intégrée des données sur les terres et les informations foncières indispensable à une prise de décision informée. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) ne cesse de souligner qu'un droit foncier clair et une planification intégrée de l'utilisation des terres sont essentiels pour des actions efficaces d'adaptation et d'atténuation. Il note que les politiques foncières (y compris la reconnaissance du droit foncier coutumier, la cartographie communautaire, la redistribution, la décentralisation, la cogestion, la régulation des marchés locatifs) peuvent apporter à la fois la sécurité et la flexibilité nécessaires pour répondre au changement climatique.

Les données et informations foncières ouvertes ont un immense potentiel pour informer et accélérer la planification de l'action climatique à plusieurs échelles. En fournissant des données sur l'utilisation sur des terres, la couverture des terres, les droits fonciers et d'autres variables clés, les données sur les terres ouvertes peuvent aider les décideurs à:

  • Évaluer les risques et les vulnérabilités liés au climat 

  • Identifier et hiérarchiser les possibilités d'atténuation du changement climatique

  • Planifier et contrôler les mesures d'adaptation au climat  

  • Engager et responsabiliser les communautés dans l'action climatique

  • Suivre les progrès de l'action climatique et en rendre compte.

 

Lorsque les données sont ouvertes, elles peuvent être analysées et mises en corrélation avec d'autres ensembles de données, ce qui profite considérablement à la recherche. L'intégration des données sur l'utilisation des terres aux évaluations des stocks de carbone peut permettre une surveillance et une déclaration plus précises des émissions de gaz à effet de serre dues au changement d'utilisation des terres.

En outre, la disponibilité croissante de la télédétection et des données géospatiales crée de nouvelles opportunités pour l'intégration des données sur les terres et le climat. Par exemple, l'Africa Regional Data Cube fournit des données satellitaires prêtes à être analysées pour cinq pays africains, ce qui permet aux utilisateurs de suivre l'évolution de l'occupation des sols, des ressources en eau et d'autres indicateurs environnementaux au fil du temps. En combinant ces données avec les évaluations des stocks de carbone, qui estiment la quantité de carbone stockée dans les différents types de couverture terrestre, il devient possible de quantifier avec plus de précision les émissions de gaz à effet de serre résultant des changements d'utilisation des terres.

Toutefois, pour exploiter pleinement le potentiel de l'intégration des données sur les terres et le climat, il faut surmonter plusieurs difficultés. Il s'agit notamment des lacunes et des incertitudes en matière de données, en particulier dans les pays en développement, de la nécessité de disposer de formats et de protocoles de données plus normalisés et interopérables, et des contraintes de capacité auxquelles sont confrontés de nombreux praticiens de la gouvernance foncière et de l'adaptation au climat. Les principes FAIR fournissent un cadre pour relever certains de ces défis, en rendant les données plus faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables.

Si les données ouvertes sur les terres peuvent contribuer activement à la planification de l'action climatique, la réalisation de ce potentiel nécessitera un investissement soutenu dans les infrastructures de données ouvertes, le renforcement des capacités et les partenariats, ainsi qu'un engagement en faveur des principes de gouvernance des données qui donnent la priorité à l'équité, à l'inclusion et à la responsabilité.  Les principes CARE offrent une orientation cruciale à cet égard, en affirmant les droits des Peuples autochtones et des communautés locales à gouverner leurs propres données pour un bénéfice collectif.

 

 

La pertinence du travail de Land Portal sur les données ouvertes pour les IPLC et l'action climatique.

 

Le travail du Land Portal sur l'ouverture des données et informations foncières est très pertinent pour les peuples autochtones et les communautés locales (IPLC) et peut devenir un moteur pour l'action climatique. Le Land Portal a conçu l'indicateur de l'état de l'information foncière (SOLIndex) comme une référence mondiale et un outil de diagnostic pour suivre l'exhaustivité de l'information foncière et évaluer son ouverture. Le SOLIndex complète les repères existants sur la corruption foncière (TI), les données communautaires sur la gouvernance foncière (ILC), les acquisitions foncières à grande échelle (Land Matrix) et la sécurité du régime foncier (Prindex).

Le SOLIndex a également été adopté par LANDex, qui intégrera les données à ses indicateurs de données foncières communautaires. Enfin, l'Observatoire mondial des terres (GLO) de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a également adopté le SOLIndex comme l'un de ses indicateurs clés.

Les principes CARE fournissent un cadre pour s'engager avec les ILPC, en centrant les droits autochtones et l'autodétermination dans la Gouvernance des données.

En ce qui concerne l'ouverture et le contrôle des données, deux questions distinctes sont en jeu et ne doivent pas être confondues.:

1. Les IPLC accèdent à des données foncières ouvertes provenant de sources externes afin de mieux protéger leurs droits fonciers. 

Il faudrait pour cela développer les capacités locales d'accès, d'utilisation et d'interprétation des ensembles de données ouvertes existants . 

  • Les données sur le régime foncier ouvertes peuvent aider les IPLC à documenter, cartographier et faire valoir leurs droits fonciers coutumiers et leurs droits fonciers. En accédant à des sources de données ouvertes, comme dans l'exemple cambodgien cité plus haut, les CLPI peuvent mieux protéger leurs territoires contre l'empiètement, les faux investissements de compensation carbone, l'accaparement des terres et d'autres menaces externes, qui sont souvent exacerbées par le changement climatique.
  • En accédant aux données sur les terres et en les utilisant, les communautés autochtones et locales peuvent informer et influencer les décisions relatives à l'utilisation des terres, à la conservation et à l'aménagement foncier, en veillant à ce que leurs données, leurs priorités et leurs pratiques soient prises en compte.
  • Les données ouvertes sur les terres peuvent également aider les IPLC à accéder au financement climatique et au soutien pour les actions d'adaptation et d'atténuation sur leurs territoires. S'il est essentiel que les ressources parviennent à ceux qui sont les plus touchés par le changement climatique et qui jouent un rôle d'intendance d'importance mondiale, l'injection de ressources comporte le risque d'une fragmentation sociale et de luttes pour le contrôle des bénéfices tirés des ressources.

2. La question de l'ouverture par les IPLC de leurs propres données sur les terres à d'autres personnes. 

Dans ce cas, beaucoup hésitent, et c'est compréhensible, car ils craignent que les gouvernements et d'autres parties n'utilisent les données contre leurs intérêts. Il est clair que la question de la propriété et du contrôle des données foncières des communautés autochtones et locales doit être traitée en priorité et prendre en compte les spécificités du contexte. Les décisions relatives à l'ouverture des données des IPLC doivent respecter, protéger et promouvoir les droits, les connaissances et les pratiques des IPLC, afin qu'ils soient des agents actifs et des moteurs de l'action climatique. À cet égard, il convient d'analyser plus avant si les données ouvertes constituent une menace en soi, ou si c'est l'absence de reconnaissance juridique des droits fonciers et de protection efficace contre la capture et la dépossession des ressources qui met en péril les communautés autochtones et locales.

 

Conclusion

 

La crise climatique est un danger clair et présent qui exige une action urgente et transformatrice. Alors que le monde est aux prises avec les effets dévastateurs du changement climatique, il devient de plus en plus évident que la terre est à la fois un champ de bataille critique et un espace de solution puissant pour l'action climatique.  

Mais pour exploiter tout le potentiel des solutions foncières, nous avons besoin de nouveaux paradigmes de gouvernance foncière et de données qui soient transparents, inclusifs et responsables. Nous devons aller au-delà des silos et de l'opacité du passé, vers un avenir où les données foncières sont ouvertes, interopérables, accessibles et exploitables par tous, tout en protégeant les droits et les droits aux ressources des ILPC.

Transformer la gouvernance foncière pour l'action climatique nécessitera de relever des défis politiques de haut niveau ainsi que de mettre en œuvre des interventions juridiques et techniques concrètes. D'un point de vue systémique, nous devons remettre en question les intérêts particuliers et les inégalités structurelles qui sont à l'origine de pratiques d'utilisation des terres non durables et injustes, ainsi que les systèmes économiques qui les sous-tendent. 

Ce travail essentiel et urgent nécessite de nouveaux partenariats et de nouvelles collaborations qui transcendent les frontières sectorielles et disciplinaires. Ils exigent également la confiance, la transparence et l'équité dans la prise de décision et le partage des bénéfices. Cela signifie qu'il faut impliquer les communautés et les groupes marginalisés en tant que partenaires actifs dans la Gouvernance des données, et non pas seulement en tant que sujets de données passifs. Cela signifie également qu'il faut s'assurer que les bénéfices des données ouvertes reviennent aux personnes et aux lieux qui en ont le plus besoin.

Références

AFRICAN COMMISSION ON HUMAN AND PEOPLE'S RIGHTS. 2013. Model Law on Access to Information for Africa [Online]. African Commission on Human and People's Rights. Available: https://www.chr.up.ac.za/images/researchunits/dgdr/documents/resources/model_law__english_final.pdf [Accessed 1 May 2024].

BAYER, C.-T. & BOOTH, K. 2021. Open data for improved land governance [Online]. The Land Portal. Available: https://landportal.org/library/resources/open-guide-land-governance-version-20-following-public-comments [Accessed 20 January 2023].

BIRARO, M., ZEVENBERGEN, J. & ALEMIE, B. K. 2021. Good practices in updating land information systems that used unconventional approaches in systematic land registration. Land, 10, 437.

CARROLL, S., GARBA, I., FIGUEROA-RODRÍGUEZ, O., HOLBROOK, J., LOVETT, R., MATERECHERA, S., PARSONS, M., RASEROKA, K., RODRIGUEZ-LONEBEAR, D. & ROWE, R. 2020. The CARE principles for indigenous data governance. Data science journal, 19.

COTULA, L. & BERGER, T. 2017. Trends in global land use investment: implications for legal empowerment, International Institute for Environment and Development.

DING, H., VEIT, P., GRAY, E., REYTAR, K., ALTAMIRANO, J.-C. & BLACKMAN, A. 2016. Climate Benefits, Tenure Costs: The Economic Case For Securing Indigenous Land Rights in the Amazon, World Resources Institute.

FAO. 2012. Voluntary Guidelines on the Responsible Governance of Tenure of Land, Fisheries and Forests in the Context of National Food Security. Available: http://www.fao.org/docrep/016/i2801e/i2801e.pdf [Accessed 25 February 2015].

FNIGC/CGIPN. 2024. The First Nations Principles of OCAP [Online]. Canada: First nations Information Governance Centre. Available: https://fnigc.ca/ocap-training/ [Accessed 1 May 2024].

HILHORST, T., ZEVENBERGEN, J. & DEININGER, K. 2021. Land governance and tenure security at scale: Lessons from the field. Land Use Policy, 110, 105451.

IFPRI 2022. Global Food Policy Report: Climate Change and Food Systems. Global Food Policy Report 2022: Accelerating food systems transformation to combat climate change. IFPRI and CGIAR.

IPCC 2019. Special report: Climate change and land. International Panel on Climate Change.

KANKEU, R. S., DEMAZE, M. T., KROTT, M., SONWA, D. J. & ONGOLO, S. 2020. Governing knowledge transfer for deforestation monitoring: Insights from REDD+ projects in the Congo Basin region. Forest policy and economics, 111, 102081.

LEMMEN, C. 2010. The social tenure domain model: A pro-poor land tool. Copenhagen: International Federation of Surveyors, Global Land Tool Network and United Nations Human Settlements Programme (UN-HABITAT).

LEMMEN, C., VAN OOSTEROM, P. & BENNETT, R. 2015. The Land Administration Domain Model. Land Use Policy, 49, 535-545.

LENGOIBONI, M., RICHTER, C. & ZEVENBERGEN, J. 2019. Cross-cutting challenges to innovation in land tenure documentation. Land use policy, 85, 21-32.

LEVIEN, M. 2021. Coercive Rentier Networks: “Land Mafias” in Neoliberal India. Sociology of Development, 7, 159-185.

OGC. 2024. OGC standards [Online]. Open Geospatial Consortium. Available: https://www.ogc.org/standards/ [Accessed 2 May 2024].

OGP 2022. Broken links: Open data to advance accountability and combat corruption. OGP Global Report 2022. Open Government Partnership.

OPEN DATA CUBE. 2024. An Open Source Geospatial Data Management & Analysis Platform [Online]. Available: https://www.opendatacube.org/ [Accessed 23 April 2024].

OPEN DEVELOPMENT CAMBODIA. 2023. Economic land concessions (ELCs) [Online]. Available: https://data.opendevelopmentcambodia.net/en/dataset/economiclandconcessions [Accessed 19 April 2024].

WILKINSON, M. D., DUMONTIER, M., AALBERSBERG, I. J., APPLETON, G., AXTON, M., BAAK, A., BLOMBERG, N., BOITEN, J.-W., DA SILVA SANTOS, L. B., BOURNE, P. E., BOUWMAN, J., BROOKES, A. J., CLARK, T., CROSAS, M., DILLO, I., DUMON, O., EDMUNDS, S., EVELO, C. T., FINKERS, R., GONZALEZ-BELTRAN, A., GRAY, A. J. G., GROTH, P., GOBLE, C., GRETHE, J. S., HERINGA, J., ’T HOEN, P. A. C., HOOFT, R., KUHN, T., KOK, R., KOK, J., LUSHER, S. J., MARTONE, M. E., MONS, A., PACKER, A. L., PERSSON, B., ROCCA-SERRA, P., ROOS, M., VAN SCHAIK, R., SANSONE, S.-A., SCHULTES, E., SENGSTAG, T., SLATER, T., STRAWN, G., SWERTZ, M. A., THOMPSON, M., VAN DER LEI, J., VAN MULLIGEN, E., VELTEROP, J., WAAGMEESTER, A., WITTENBURG, P., WOLSTENCROFT, K., ZHAO, J. & MONS, B. 2016. The FAIR Guiding Principles for scientific data management and stewardship. Scientific Data, 3, 160018.

WRI. 2014. Atlas of Forest and Landscape Restoration Opportunities [Online]. World Resources Institute. Available: https://www.wri.org/data/atlas-forest-and-landscape-restoration-opportunities [Accessed 25 April 2024].

ZUIDERWIJK, A. & JANSSEN, M. 2014. Open data policies, their implementation and impact: A framework for comparison. Government information quarterly, 31, 17-29.