Les droits fonciers des communautés sont en jeu dans un contexte d’investissements à grande échell | Land Portal

Le régime foncier devrait être bénéfique pour les communautés locales et les peuples autochtones qui possèdent et utilisent des terres.

Dans la plupart des pays africains, les promoteurs acquièrent de plus en plus de terres pour des investissements à grande échelle, ce qui met en péril les droits fonciers des communautés locales, ont confirmé les participants à la conférence régionale sur les droits fonciers coutumiers en Afrique de l’Est et ont exhorté à obtenir le consentement libre, préalable et éclairé des communautés locales.

Plusieurs cas d’acquisition de terres à grande échelle à des fins de conservation et de développement ont été notés en Tanzanie, au Kenya, en Ouganda et en RDC, pour n’en citer que quelques-uns, les agriculteurs, les éleveurs, les communautés locales et les peuples autochtones étant les plus touchés.

Les investissements à grande échelle constituent une menace pour les communautés locales et les peuples autochtones. Dans des cas tels que les expulsions au Kenya et en Tanzanie, dans les communautés Ogiek et Loliondo, les organisations de la société civile devraient se concentrer sur l’établissement de liens durables et la recherche d’un consensus entre ces groupes et le gouvernement. Cette stratégie pourrait contribuer à réduire les conflits causés par les inégalités dans les systèmes de propriété foncière, tout en promouvant l’intégration de moyens de subsistance durables, la conservation de la biodiversité, la sécurité foncière des ressources et l’utilisation responsable des terres.

Selon Milimo et al., 2011, la majorité des études constatent des impacts plutôt négatifs des acquisitions foncières à grande échelle, tels que la perte d’accès à la terre, la raréfaction des terres et les effets environnementaux négatifs. Ils soutiennent en outre que des engagements collaboratifs et inclusifs avec les communautés locales pourraient constituer une base importante pour maintenir des moyens de subsistance communautaires résilients.

La technique collaborative et inclusive est une construction ascendante qui permet aux communautés locales de partager leur expertise autochtone et de faire entendre leurs opinions dans les systèmes coutumiers et les réformes de la structure de gouvernance foncière afin de saisir les régimes fonciers pour les communautés locales.Les discussions sur l’équité et l’évaluation correcte des terres communales dans le cadre des investissements devraient également être prioritaires. 

À quelle fréquence les gouvernements et les promoteurs évaluent-ils correctement les terres communales ? Les mécanismes de calcul des baux fonciers et des contributions de la communauté à ces investissements devraient également être divulgués afin que les communautés locales puissent bénéficier du rendement de l’investissement.

ILC Africa a joué un rôle clé dans le soutien de l’interaction et de la collaboration entre les communautés locales de son réseau en organisant des initiatives régionales et en fournissant des plateformes d’engagement avec les principaux donateurs et partenaires. De plus, la coalition favorise le partage des connaissances et l’apprentissage au sein de ces communautés locales. Le récent échange d’apprentissage et la conférence de l’ILC Afrique sur les droits fonciers coutumiers ont mis en évidence l’importance du pastoralisme et sa contribution aux efforts de conservation et de restauration, à la gestion des pâturages et à son rôle souvent négligé dans l’agenda climatique.

Les communautés pastorales pratiquent diverses formes de pastoralisme sur 70 % de la superficie totale du Kenya et 50 % de la superficie totale de la Tanzanie, ce qui représente plus de la moitié de l’occupation totale des terres dans les deux pays. En outre, l’Afrique abrite plus de la moitié de la population pastorale mondiale, avec plus de 22 millions d’Africains, sur les 1,460 milliard d’habitants que compte l’Afrique, qui dépendent d’une forme ou d’une autre d’activité pastorale pour vivre. En conséquence, la valeur du pastoralisme est sans aucun doute énorme.

Les pasteurs ont un rôle important à jouer dans la protection des écosystèmes et devraient être impliqués dans les mesures d’atténuation du changement climatique afin de partager leurs connaissances et leurs idées. Il est essentiel que les gouvernements et les promoteurs travaillent avec les éleveurs plutôt que de prendre des décisions en leur nom. Ce qui est discuté en l’absence des pasteurs ne l’est pas pour les pasteurs.

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page